Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques

Malgré l’ingérence et la pression des dirigeants de l’Union Européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d’en finir avec les politiques d’austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession. Dans les pays victimes de la Troïka, mais aussi dans de nombreux autres pays européens, cette victoire est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations.

Mais déjà les grands médias relaient l’idée absurde selon laquelle l’annulation de la dette grecque « coûterait 600 euros à chaque contribuable français ». À mesure que les négociations vont se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s’intensifier et notre travail d’éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus décisif. Ces réponses aux idées reçues sur la dette grecque ont vocation à y contribuer

La suite ici :

http://www.audit-citoyen.org/?p=6374#.VZnBhBI_xu0.facebook

Commentaires

  • Bonjour Mariethe,

    J'essaie depuis un certain temps de faire "redécoller" ta pétition sur twitter(pour l'instant sans beaucoup de succès: de +/- 444 à 521) car je crois que c'est le moment opportun, mais pour ça elle doit être traduite (surtout dans la langue grecque, car ce sont les premiers concernés ) et peut-être "restructurée" (plus court). Peux-tu m'aider ? Je sais que l'Allemagne ne paiera jamais, mais c'est surtout pour faire de la "com" autour de la restructuration(= l' annulation) de la dette grecque, car presque personne dans la presse, à part Médiapart, en parle vraiment !
    Comme le dit J. Stiglitz: "Dans ce feuilleton irrationnel ou trop rationnellement glacial ; le pire avec l’hypocrisie, et le manque de compassion : les leçons non tirées de l’histoire. L’Allemagne ne doit son rétablissement économique et sa croissance qu’à la plus grande annulation de dette jamais observée, en 1953. Et devrait avoir compris, depuis le traité de Versailles signé en 1919, les conséquences de dettes insurmontables. Elle n’a ni appris de la compassion ni du désastre de ces deux périodes clés de l’histoire."

    En attente de tes nouvelles, je te remercie d'avance.

    Amitiés,

    John Smith, twitter: @JSmi20, e-mail: smith.john1@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.